keyboard_arrow_up

GIRO - ÉTAPE 3 L'ETNA DÉJÀ DANS LE VISEUR

Getty Sport
Publié le : 08/05/2022
Les coureurs quitteront demain matin la Hongrie après y avoir disputé trois étapes. Ce dimanche, Simone Consonni a terminé 7e du sprint massif à Balatonfüred. Après une journée de transfert, place à la première grande explication de ce Giro sur les pentes de l’Etna ce mardi.

Le triptyque hongrois s’est donc achevé ce dimanche par la plus longue étape de ce Giro avec 201 km à parcourir entre Kaposvar et Balatonfüred. L’occasion de découvrir le lac Balatan, la plus grande étendue d’eau douce de l’Europe centrale qui regroupe les stations balnéaires de la Hongrie. 

Au lendemain d’un contre-la-montre, la journée ne présentait pas de difficultés majeures, même s’il fallait être vigilant, comme toujours, pour éviter les chutes. Les quelques gouttes de pluie qui se sont abattues sur le parcours n’ont rien changé. À mesure que la ligne d’arrivée s’approchait, les équipes de sprinteurs se mettaient en action. Simone Consonni, le sprinteur de l’équipe, a tenté de se mêler à la bagarre : il termine finalement 7e, à quelques longueurs du vainqueur, Mark Cavendish.

Un transfert vers la Sicile et un sacré défi logistique

Désormais, toute la caravane du Giro a rendez-vous à près de 2 000 km plus au sud. C’est en effet depuis que la Sicile que le Tour d’Italie continue. Pour y parvenir, les coureurs prendront l’avion ce lundi alors qu’une autre partie du staff les attendra à leur arrivée. Il faudra veiller à se ménager et à bien récupérer. Mardi, l'une des étapes-reine est en effet au programme avec une arrivée finale au sommet de l’Etna. Guillaume Martin s’y est préparé avec détermination : le leader de la formation nordiste a monté une quinzaine de fois ce col lors d'un stage en avril afin d’être le plus performant possible lors de cette 4e étape.

 

 

ILS ONT DIT

Guillaume Martin : « Ça a été une longue étape aujourd'hui où il n'y avait pas de piège. Le seul piège qu'il y aurait pu y avoir c'était une chute dans le final et ça n'a pas été le cas, tout le monde dans le peloton a été plutôt raisonnable. C'était vraiment une étape facile, plus facile parfois qu'une sortie de récupération à l'entrainement. Je pense donc que tout le monde va arriver très frais sur l'Etna avec la journée de repos demain. Je suis pressé d'y être pour le premier rendez-vous des grimpeurs sur ce Giro.» 

Roberto Damiani, Directeur Sportif : « L'essentiel aujourd'hui, c'est qu'il n'y ait eu aucun problème à signaler pour toute l'équipe. Simone a fait un très bon sprint. Il a été un peu seul dans le final et un peu gêné par l’un des lanceurs d’Alpecin Fenix et ne pouvait plus pédaler dans les 50 derniers mètres. Désormais, on va en Italie avec l'Etna en ligne de mire dès mardi. »