keyboard_arrow_up
Pauline Ballet
Publié le : 16/07/2021

TOUR DE FRANCE - ÉTAPE 19 CHRISTOPHE LAPORTE, AUX PORTES DU BONHEUR

Le sprinteur varois a tout donné jusqu’à Libourne. Après le numéro de Mohoric, Christophe Laporte a franchi la ligne à la 2e place. Malgré sa déception, il réalise son 3e ‘top 10’ de ce Tour de France, le 6e de l’équipe Cofidis depuis le début du Tour.

Il avait le corps meurtri et couvert de sueur, assis sur les marches du bus. Après avoir franchi la ligne, Christophe Laporte reprenait son souffle, ses esprits aussi et retraçait le fil de la course. Celle du jour lui correspondait et l’habitué des classiques le savaient. "Je l’avais cochée cette étape depuis plusieurs jours", souffle-t-il. Alors, le Varois s’est employé comme jamais, avec la même détermination qui l’a vu remporter deux courses (la 1ère étape du Tour de Bessèges et le Circuit de Wallonie) et signer huit "top 5" cette saison.

Une nouvelle fois, cette étape du Tour de France était complètement folle. Il y a eu la frayeur des chutes, dont la première a causé une légère blessure au doigt à Jésus Herrada et ralenti Simon Geschke, Pierre-Luc Périchon et Guillaume Martin. Et puis il y a eu toutes les tentatives d’échappées.

Jelle Wallays donne le rythme

Jelle Wallays, dont la prolongation de contrat a été annoncée ce matin, faisait partie des plus entreprenants. Il intègre un groupe de poursuivants puis est rejoint par Christophe Laporte. La première partie du plan fonctionne. 

Les poursuivants rattrapent les échappés et dans ce groupe, qui se réduit à mesure que se rapproche l’arrivée, le sprinteur de Cofidis fait partie des favoris. À 25 km de l’arrivée, Matej Mohoric lance son grand numéro et malgré l’abnégation de Christophe, il ne sera pas repris. Le Français, lui, se bat jusqu’au bout, résiste à Casper Pedersen et s’offre la 2e place de l’étape.

Christophe Laporte donne tout

C’est la deuxième fois que Christophe Laporte termine 2e d’une étape de la Grande Boucle après le sprint massif de Pau en 2018. Il s’agit également du 6e "top 10" de l'équipe dans cette édition 2021 après les deux de Guillaume Martin (au Grand-Bornand et à Tignes), celui de Pierre-Luc Périchon (à Saint-Gaudens) et les deux précédents de Christophe (à Fougères et Carcassonne).

De son côté, Guillaume Martin a été épaulé par ses coéquipiers tout au long de la journée. Toujours 8e au général, il donnera le maximum demain, lors du contre-la-montre entre Libourne et Saint-Émilion (30,8 km), pour conserver sa place dans le ‘top 10’. À l’issue de l’étape ce vendredi, il est d’ailleurs parti reconnaître le parcours en voiture avec le responsable de la performance, Samuel Bellenoue.

 

 

ILS ONT DIT

Christophe LAPORTE, 2e de l’étape : « J’ai fait la course que je voulais. J’avais vraiment envie de tenter ma chance aujourd’hui. Il y a un groupe de costauds qui est sorti pour jouer la gagne et je me suis battu pour y être. Après, j’ai couru assez juste, sans faire d’erreur, comme les autres membres du groupe d’échappés. Quand Mohoric a attaqué, je suis sorti en contre mais je ne suis pas parvenu à rentrer sur lui. Il était vraiment plus fort donc je n’ai pas de regret à avoir.  J’ai donné le maximum donc forcément il y a de la déception à terminer deuxième. »

Guillaume MARTIN, 8e du classement général : "J’ai été un peu retardé par la première chute et pris dans la deuxième mais je n’ai qu’un petit hématome sur le genou, rien de grave ! Le contre-la-montre demain est incomparable avec le chrono de Laval que je n’avais pas fait à fond. Je ne sais pas si c’est le cas de Pello Bilbao (son 1er poursuivant) aussi. Je sais que ce sera difficile de garder cette 8e place sur un chrono aussi long mais je vais me battre. Un chrono sur une dernière semaine de Tour de France, c’est vraiment la forme du jour qui parle !" 

Thierry MARICHAL, directeur sportif : "C’était encore une étape folle sur le Tour. Le départ a été mouvementé avec les chutes puis un groupe d’une vingtaine de coureurs est sorti avec Christophe. Ils ont réussi rapidement à creuser l’écart avec le peloton. Dans le final, on savait qu’il fallait réaliser un grand numéro pour gagner. Mais une fois que Mohoric est parti, il y a eu un temps d’hésitation et il n’a pas été repris. Malheureusement, on est tombé sur plus fort que nous. Christophe a donné le maximum aujourd’hui, il a fait une bonne course et on n’a pas de regret à avoir !"