keyboard_arrow_up
Mathilde L'Azou
Publié le : 28/06/2021

TOUR DE FRANCE - ÉTAPE 3 JELLE WALLAYS, LES JOIES D'UNE PREMIÈRE ÉCHAPPÉE SUR LE TOUR

Alors qu’il dispute son premier Tour de France, le Belge de 32 ans a fait partie de l’échappée du jour, reprise à quelques kilomètres de l’arrivée. Pour la 3e journée consécutive sur ce Tour de France, l’équipe Cofidis était ainsi représentée dans l’échappée. Par ailleurs, tous les coureurs de la formation nordiste sont parvenus à se préserver des nombreuses chutes dans un final chaotique.

C’est l’histoire d’un homme de 32 ans qui découvre avec enthousiasme la compétition la plus prestigieuse de son sport. Le Belge Jelle Wallays, qui s’est fondu dans le collectif Cofidis depuis son arrivée dans l’équipe cette saison, a savouré une journée sous le feu des projecteurs au Tour de France ce lundi.

Échappé dès le km 3 en compagnie de quatre autres coureurs, il a pris du plaisir à l’avant de la course. Consciencieux, le Belge avait reconnu les routes bretonnes en mai dernier, entre le Tro Bro Léon et le Tour du Finistère. L’un des directeurs sportifs de l’équipe, Christian Guiberteau, avait également reconnu cette 4e étape et l’équipe avait conscience que le coup était jouable pour une échappée. Jelle et ses compagnons d’échappée ont compté au maximum près de 3 minutes d’avance avant d’être repris par le peloton à moins de 10 kilomètres de l’arrivée.

Dans un final particulièrement délicat, marqué par plusieurs chutes, les coureurs Cofidis ont néanmoins été épargnés. Ralenti par l’une d’entre elles, Christophe Laporte n’a pas pu prendre part au sprint final. Désormais, place à la 4e étape, elle aussi promise à un sprint massif. 

 

L'ÉTAPE DE COFIDIS EN BREF

KM 3 - Alors que l’échappée se forme, Jelle Wallays fait l’effort de la rejoindre. Pour la 3e journée consécutive, un coureur Cofidis intègre l’échappée.

KM 14  - Les cinq hommes de tête, dont le coureur belge, comptent 3 minutes d’avance sur le peloton. 

KM 176 - Jelle Wallays et ses compagnons d’échappée sont repris par le peloton. 

KM 180 - Christophe Laporte parvient à éviter une chute mais il est retardé et donc empêché de disputer le sprint. Aucun coureur Cofidis ne sera concerné par les chutes à répétition dans le final.

 

ILS ONT DIT

Guillaume MARTIN : « Pour résumer la journée, je dirais : ‘ouf !’ Il n’y a pas eu de chute dans l’équipe alors que ça a été chaud dans le final. J’avais comme idée de ne pas prendre de risque et du coup j’ai toujours essayé de garder une position de sûreté et d’avoir quelques mètres de distance par rapport aux roues des coureurs qui me précédaient. J’ai vu les trois chutes principales mais j’ai pu les éviter et c’est bien que mes coéquipiers ont pu faire de même. Il y a peut-être une réflexion à mener sur les parcours et sur ce genre d’arrivée. Ça ne manquera pas de soulever une polémique et j’en comprends les raisons. »

Jelle WALLAYS : « Je suis très fier de mon étape, d’autant qu’il s’agit de mon premier Tour de France. Je suis un coureur qui aime attaquer et je suis content d’avoir pu le démontrer. Il y avait beaucoup de monde sur le parcours, ça motive d’avoir autant de public au bord des routes. Avec les autres échappés, on a peut-être manqué d’agressivité pour aller jusqu’au bout. Et puis c’était la première étape que les sprinteurs pouvaient gagner et leurs équipes ne voulaient pas laisser passer l’occasion. Le Tour est encore long et je suis sûr qu’il y aura d’autres occasions de s’illustrer. »   

Christian GUIBERTEAU, directeur sportif : « J’avais reconnu cette étape. En voyant les routes étroites et la descente finale, on avait décidé de mettre quelqu’un dans l’échappée. On savait qu’avec les aléas de la météo, ce n’était pas évident pour les équipes de sprinteurs de s’organiser et c’est ce qu’il s’est passé. Jelle était dans l’échappée et il est repris à 5 km de l’arrivée, ce qui montre qu'elle pouvait aller au bout. Je suis très content du comportement de l’équipe et de Jelle. Ce Tour de France, c’est une découverte pour lui et je suis heureux de l’avoir vu passer la journée à l’avant en se battant vraiment pour la victoire. »