keyboard_arrow_up
Mathilde L'Azou
Publié le : 26/06/2021

TOUR DE FRANCE - ÉTAPE 1 LES NERFS SOLIDES FACE AU CHAOS

Dans une étape particulièrement nerveuse, la course a été marquée par plusieurs chutes. L’équipe Cofidis n’a pas été épargnée par la malchance avec plusieurs coureurs impliqués. Ruben Fernandez, Guillaume Martin, Jésus Herrada et Pierre-Luc Périchon se sont successivement retrouvés au sol avec des diagnostics qui restent à confirmer.

Ce devait être le retour de la fête, de la ferveur et de la joie au bord des routes. Ça l’a été mais pas uniquement : l’étape a basculé au km 152, première des nombreuses chutes qui ont eu lieu jusqu’à l’arrivée. À voir les visages creusés par la fatigue et marqués par l’effort, cette étape a eu un sacré impact sur le physique et le moral des coureurs.  

Pourtant, elle avait commencé depuis Brest dans l’euphorie et, comme si souvent cette saison, Cofidis participait à la fête. Pierre-Luc Périchon et Anthony Perez ont multiplié les attaques pour intégrer l'échappée et le coureur toulousain y est parvenu. Les hommes de tête ont compté jusqu’à 3’45’’ d’avance. La suite ? Le chaos, « une boucherie » selon les mots d’Anthony Perez. Plusieurs chutes spectaculaires ont en effet eu lieu et les coureurs Cofidis ont tenté de résister. 

À l’arrivée, les corps sont meurtris. Les deux coureurs les plus touchés, Jesús Herrada et Pierre-Luc Périchon, souffrent respectivement de la hanche et du mollet droit. Ils se sont rendus avec le médecin de l'équipe aux Urgences de Landerneau afin de passer des examens complémentaires.  Malgré ces séquelles, ils espèrent tous remonter sur le vélo dès demain car sur le Tour, chaque jour raconte une nouvelle histoire.

 

L'ÉTAPE DE COFIDIS EN BREF

KM 2 - Anthony Pérez et Pierre-Luc Périchon, placés en tête de peloton, attaquent à plusieurs reprises.

KM 11 - Anthony Perez, avec quatre puis cinq coureurs, intègre l’échappée du jour.

KM 25 - L’écart atteint les 3’45’’, ce sera le plus important de la journée.

KM 62 - Anthony passe en tête au sommet de la côte de Locronan.

KM 131 - Face à l’intensification du rythme du peloton, la majorité des échappés, dont Anthony Perez, est reprise par le peloton.

KM 152 - Une impressionnante chute collective a lieu. Plusieurs coureurs Cofidis sont retardés, à l’instar de Ruben Fernandez et Christophe Laporte même si tous parviennent à repartir sans gravité.

KM 190 - À 8 km de l’arrivée, nouvelle chute massive. Pierre-Luc Périchon et Jesús Herrada font partie des coureurs touchés. Ils parviendront néanmoins à rallier l’arrivée.

 

ILS ONT DIT

Guillaume MARTIN : « J’ai été pris dans une chute à une cinquantaine de kilomètres de l'arrivée. J’ai fait un soleil et ça a bien tapé la tête et la hanche est aussi un peu douloureuse. Mais ça va, ça aurait pu être pire. Évidemment, ce n’est pas une bonne journée pour nous, il y a eu beaucoup de dégâts avec les chutes. Mais on sait qu’il y aura des jours meilleurs. C’est difficile de connaître avec précision mes sensations, j’ai l’impression qu’elles étaient bonnes et j’ai à cœur, surtout, de faire une bonne journée demain. On sait qu’il y a de gros enjeux, de la pression et tout le monde veut aller devant alors qu’il n’y a pas la place pour tous. C’était dangereux et je suis content d’être arrivé à bon port. »  

Anthony PEREZ : « En début d’étape, il y avait des concurrents sérieux à l’avant dont Ide Schelling qui a très bien couru. Bravo à lui ! Après, je ne voulais pas trop me donner pour garder des forces, aider nos leaders, d’autant que le Tour est encore long. Avec les chutes, c’était une boucherie, on a eu pas mal de chutes et je suis forcément très déçu pour Pierre-Luc, Jesús et Guillaume qui sont tombés.  »  

Bingen FERNANDEZ, directeur sportif : « Ça a été très nerveux, surtout à la fin de l’étape. Avant, il y a eu une belle bagarre pour l’échappée et Anthony Perez y a pris part. Après, le rythme était plutôt tranquille avant une chute impressionnante. Forcément, le stress était conséquent pour se replacer. Et puis il y a eu la chute avant l’arrivée, à grande vitesse, qui a entraîné beaucoup de souffrance. Forcément, on n’aime pas assister à ce genre de spectacle. Il va falloir bien récupérer dès ce soir et soigner ses plaies avant d’aborder l’étape de demain. »