keyboard_arrow_up
Publié le : 05/06/2021

CRITÉRIUM DU DAUPHINÉ - ÉTAPE 7 Guillaume Martin : « une journée très difficile »

Cinq jours après sa chute, le leader de la formation Cofidis n’a pas pu suivre le rythme des meilleurs lors de la dernière ascension vers La Plagne. Lucide sur sa performance, il ne quitte pas son objectif n°1 : être en bonne forme pour l'événement de la saison, le Tour de France dans trois semaines.

Il y a des jours comme ça où ça ne veut pas et Guillaume Martin a la lucidité de ne pas s’en cacher. Dans l’ultime montée vers La Plagne, ce samedi, à l’issue d’une étape particulièrement exigeante de 171,5 km, le leader de la formation Cofidis a vite réalisé qu’il « n’avait plus de force ». « Je n’ai pas trop d’explications à ça », explique-t-il à chaud. Certes, il y a eu cette chute, il y a trois jours, à la fin de l’étape menant à Saint-Haon-Le-Vieux. « Peut-être que ça a détraqué quelque chose », avance le Normand.  

« J’ai espoir que ça se débloque » (Guillaume) 

Tout au long de l’étape pourtant, Guillaume Martin était parvenu à rester dans la roue des leaders. Épaulé par ses coéquipiers à mesure que le rythme s’intensifiait, il a pu également compter sur le soutien de Simon Geschke, présent jusqu’à la montée finale. À l’arrivée, le coureur allemand se veut rassurant : « j’ai été pris dans la même chute mardi dernier et pour moi aussi, ce n’est jamais évident de retrouver mes sensations à 100% ». 

Simon Geschke, ancien vainqueur sur le Tour de France qui s’évertue à mettre son expérience au service de Guillaume Martin, conserve son optimisme. « L’objectif de Guillaume et de toute l’équipe, c’est de répondre présent lors de la Grande Boucle. Il nous reste trois semaines pour bien travailler, récupérer et je suis sûr que la forme sera au rendez-vous pour Guillaume. »  

Vainqueur du Mercan’Tour Classic la semaine dernière, Guillaume Martin va s’attacher à bien récupérer avant l’ultime étape ce dimanche. « Mes sensations sont tellement bizarres que j’ai encore de l’espoir que ça se débloque d’un coup. Je ne vois pas pourquoi ma forme serait partie complètement du jour au lendemain. » Alors, il ne cache pas « avoir encore de l’espoir » et parvenir à être offensif ce dimanche pour retrouver avec envie le niveau de forme qu’on lui connaît. 

 

ILS ONT DIT

Guillaume MARTIN : « J’ai très vite constaté que je n’avais plus de force dans la montée finale. Je n’arrivais pas à aller plus vite et j’ai terminé un peu vidé. Je n’ai pas trop d’explication à ça, c’est peut-être la chute qui a détraqué quelque chose. Ça faisait longtemps que je n’avais pas fait une telle contre-performance. Ce n’est pas agréable mais je me rassure en me disant que le Tour de France est encore loin. Même si ça reste une journée très difficile, il vaut mieux ne pas être au top dans cette période-là.  »  

 

Alain DELOEUIL, directeur sportif : « Guillaume a craqué physiquement et nous allons prendre le temps d’analyser cette contre-performance pour en connaître la raison. L’une des pistes, ce serait le fait qu’il souffre encore de sa chute, même si nous ne voulons pas avancer cette hypothèse sans preuve. Désormais, on va attendre de voir s’il retrouve de meilleures sensations et on prendra le temps de tirer des conclusions demain soir. Mais cela ne doit pas faire oublier tout ce qui a été réalisé par l'équipe depuis le début de ce Critérium du Dauphiné. Les coureurs et le staff réalisent un travail de très grande qualité qui permettra à coup sûr à l’équipe de franchir un nouveau palier.»