keyboard_arrow_up
Mathilde L'Azou
Publié le : 03/06/2021

CRITÉRIUM DU DAUPHINÉ - ÉTAPE 5 LA MONTAGNE EN LIGNE DE MIRE

La formation Cofidis a réalisé une nouvelle fois une sacrée prestation collective ce jeudi, permettant à Guillaume Martin de franchir la ligne à la 20e position. Alors que trois étapes de montagne se profilent, l’équipe fera tout pour hisser haut ses couleurs et briller.

Une sacrée guerre des nerfs sous le soleil. Cette 5e étape, longue de 175,4 km entre Saint-Chamond et Saint-Vallier, était qualifiée « d’étape de transition ». Tout y était : le soleil et les paysages verdoyants de la Loire, l’Ardèche et la Drôme. Sauf que le scénario a été beaucoup plus mouvementé que prévu. Il a fallu conserver le tempo d’un peloton particulièrement nerveux, veiller aux bordures et à être bien placé avant l’ultime difficulté. 

Une équipe soudée jusqu’au bout 

Dans ce contexte, la formation Cofidis a livré une nouvelle fois une très belle prestation collective. Il fallait voir, tout au long de la journée, les efforts d’Anthony Perez, de Pierre-Luc Périchon, de Simon Geschke et de Kenneth Vanbilsen. Le Belge s’est ainsi évertué à bien placer Guillaume Martin dans l’ultime difficulté du jour, la côte du Montrebut. Au passage de la ligne d’arrivée, tous ont été récompensés de leurs efforts puisque le leader de la formation Cofidis a assuré. Il termine en effet 20e de l’étape du jour et pointe au 28e rang au général, à 1 min 21 sec du maillot jaune. 

Dès demain, la route s’élève 

Surtout, deux jours après sa chute, le Normand a continué à rassurer sur son état physique, ce qui est de très bon augure avant la suite de la compétition. Car dès demain, un autre Criterium du Dauphiné commence. La route va s’élever et les grimpeurs seront attendus au tournant. Ce vendredi, les coureurs devront grimper le col de la Placette (2e catégorie), le col de Porte (2e cat.) avant une ultime montée jusqu’au Sappey-en-Chartreuse (3e cat.).

« Je ne m’attends pas à ce que les écarts soient très conséquents mais ça permettra d’avoir un premier aperçu sur la hiérarchie au classement général, confie Guillaume Martin. Il s’agit surtout d’une mise en bouche ». Car le week-end qui suit s’annonce particulièrement copieux : 2 étapes, 11 cols dont 3 hors catégorie et 318,5 km pour tout donner et écrire l’histoire de cette 73e édition du Critérium du Dauphiné. 

 

ILS ONT DIT

Guillaume MARTIN : « On a l’habitude de dire que les coureurs font la course et ça s’est vérifié aujourd’hui. Pour les non-grimpeurs, c’était la dernière occasion de s’illustrer et c’est pour ça qu’il y a eu beaucoup d’attaques dès le départ. Toute la journée et jusqu’au final, j’ai été très bien protégé par mes coéquipiers. Par ailleurs, on savait que le placement était très important dans la dernière bosse. Mais je ne pouvais pas être mieux placé pour l’aborder. Je n’avais pas de supers sensations après ma chute mais ça allait suffisamment pour rester devant et passer une journée relativement facile même si c’était très intense. »  

 

Alain DELOEUIL, directeur sportif : « On avait dit qu’il ne fallait pas prendre cette étape à la légère. C’est parti très vite dès le départ, il y a eu des attaques, des jeux de course. Tous les coureurs ont très bien travaillé pour Guillaume dans le final et notamment pour aborder la dernière bosse. Ils l’ont placé admirablement bien avec un super travail de Kenneth Vanbilsen.  C’était une journée à ne pas rater et on ne l’a pas raté ! Ça nous rassure forcément pour l’état de forme de Guillaume, 48 heures après sa chute. En espérant que ça va continuer demain sur un terrain qui lui est beaucoup plus favorable.  »