keyboard_arrow_up
Mathilde L'Azou
Publié le : 31/05/2021

CRITÉRIUM DU DAUPHINÉ - GUILLAUME MARTIN : "J'ÉTAIS DANS L'ALLURE"

Bien épaulé par toute l’équipe dans une étape accidentée et un final nerveux, le leader de la formation Cofidis a tenté sa chance en fin d’étape et démontré son bon état de forme. Au classement général, il se hisse au 8e rang et prend la place de meilleur Français.

Les coureurs du Critérium du Dauphiné sont rentrés dans le dur ce lundi. L’étape du jour s’annonçait particulièrement accidentée avec 6 difficultés tout au long des 173,4 km à parcourir entre Brioude et Saugues avec six cols. Et comme un symbole, le ciel s’est aussi assombri sur l’Auvergne.

Guillaume Martin, bien protégé par ses coéquipiers

Au fur et à mesure que les coureurs enchaînaient les difficultés, la course du jour s’est transformée en une course poursuite. Et comme la veille, l’échappée est allée au bout. Pour Cofidis, l’objectif était avant tout de protéger son leader, Guillaume Martin. Et tous ses coéquipiers s’y sont attelés. On a ainsi vu régulièrement Anthony Pérez et Simon Geschke aux côtés du Normand en tête de peloton. « Durant la fin de l’étape, le rythme s’est vraiment intensifié et c’était particulièrement difficile de rester bien placé », confie d’ailleurs le coureur allemand.

Jusqu’à la dernière difficulté, Simon Geschke a accompagné Guillaume Martin. Ensuite, le Normand a tenté d’attaquer dans la dernière côte mais le faible pourcentage ne lui a pas permis de creuser l’écart. Dans le même temps, Lukas Pöstlberger parvenait à aller au bout et à franchir la ligne en solitaire. Guillaume Martin a tenu à saluer « le sacré numéro » réalisé par « ce très bon rouleur ».

8e du général et 1er Français

Le leader de la formation Cofidis termine quant à lui avec le groupe des leaders, à 11 secondes du coureur de Bora-Hansgrohe. Au classement général, Guillaume Martin se hisse dans le ‘top 10’ (8e). Il dispose de 24 secondes de retard sur le maillot jaune et vainqueur du jour, soit le même temps que le 4e du classement général. Symboliquement, il prend déjà la place de 1er Français dans ce classement, en attendant impatiemment la suite.  

Demain, le peloton s’élancera depuis la Loire pour rejoindre la Haute-Loire avec 172,2 km entre Saint-Haon-le-Vieux et Langeac. Si le parcours s’annonce propice à une arrivée au sprint, le début d’étape pourrait être mouvementée avec deux côtes (4e et 3e catégorie) à gravir.  

 

ILS ONT DIT

Guillaume MARTIN : « Ça m’a titillé d’attaquer dans l’avant-dernière difficulté mais la pente n’était pas très élevée et je voyais que l’équipe Ineos était bien en place. Ensuite, j’ai essayé de surprendre sur le sommet de la dernière bosse mais il n’y avait pas assez de pourcentage. De toute façon, nous étions trop loin du vainqueur du jour qui a réalisé un beau numéro. Mais j’étais dans l’allure, ça fait partie des points positifs de la journée avec tout le travail collectif que l’on a fait. C’était une journée réussie et encourageante avant d’aborder des étapes plus dures. »

 

Christian GUIBERTEAU, directeur sportif : « C’était un parcours piègeux. On a réussi à rester vigilants et tout le temps bien placé autour de Guillaume, comme d’habitude. Guillaume était dans une bonne condition, il a tenté une attaque dans le dernier col mais il était très roulant. Ce qui comptait surtout, c’était de montrer qu’il fallait compter sur lui. Nerveusement, la fin d’étape a coûté beaucoup d’énergie mais nous étions bien en place. On espère que l’équipe va continuer dans cette dynamique et qu’elle aura une ouverture pour s’illustrer dans les prochains jours. »