keyboard_arrow_up
Mathilde L'Azou
Publié le : 08/03/2021

PARIS - NICE - ÉTAPE 2 PLACE AU CONTRE-LA-MONTRE !

Les coureurs Cofidis sont restés vigilants tout au long d’une étape où les risques de bordures et de chutes étaient importants. Désormais, tous sont focalisés sur le contre-la-montre demain (14,4 km), le premier rendez-vous important de cette semaine de course.

Il s’agit d’une particularité de cette édition 2021 qui fait du bien : cette année, les concurrents de la course du soleil ne courent pas après le soleil. C’est en effet sous un ciel dégagé que s’est tenue cette 2e étape de Paris-Nice. Comme chaque édition, il fallait faire face aux risques de bordures. Dans un peloton nerveux, les coureurs Cofidis ont su s’en préserver, notamment en restant bien positionnés à l’avant du peloton.
 

Christophe Laporte 11e sur la ligne d'arrivée

L’étape du jour s’est achevée par un sprint massif particulièrement disputé. Si Christophe Laporte était parvenu à retrouver l'avant garde du peloton grâce à Piet Allegaert, les deux hommes ne sont pas parvenus à se mêler à la victoire finale. Le sprinteur varois prend finalement la 11e place du sprint.

L'essentiel est ailleurs : après les deux premières étapes, l'ensemble de l'équipe reste positionné à 14 secondes du leader. Fait rare sur Paris-Nice, les coureurs vont aborder le contre-la-montre avec une marge très serrée au classement général. 
 
Demain, place au contre-la-montre avec 14,4 km de chrono autour de la commune de Gien. Au lendemain de l'épreuve chronométrée, une étape avec plus de 3500 mètres de dénivelé attend les coureurs. Entre Chalon-sur-Saône et Chiroubles, 187,5 km seront au programme dont une succession de six difficultés de 2e catégorie avant une dernière de 1ère catégorie. Vivement la suite !

 

ILS ONT DIT... 

Guillaume MARTIN : « Physiquement ce n’était pas l’étape la plus intense mais elle a été très nerveuse dans les 100 derniers kilomètres. Il fallait rester vigilant, placé, notamment pour contrer les quelques tentatives de bordure. On a été bien protégés par nos coéquipiers en restant dans le premier groupe. Dans le final, c’était assez tendu et on a su rester devant. C’est une nouvelle bonne journée où je ne perds pas de temps au général et je passe entre les chutes. Je suis très motivé par le chrono. Ce sera un premier test et je vais essayer de faire au mieux avant l’étape dans le Beaujolais qui pourrait me convenir. »

Christophe LAPORTE : "C’était une longue journée, particulièrement nerveuse, notamment à la fin. Nous sommes bien remontés avec Piet (Allegaert). On était bien placé, ça a frotté dur et même si on a été ralentis, on a évité les chutes. Certes, nous ne sommes pas passés avec Piet mais ça fait partie du jeu. C’est un peu décevant mais il n'y a pas de regret à avoir : c’était une arrivée que je n’affectionnais pas vraiment."