keyboard_arrow_up
PhotoGomezSport
Publié le : 03/11/2020

LA VUELTA A ESPAÑA - 13e ÉTAPE UN CHRONO ASSURÉ AVANT LA DERNIÈRE LIGNE DROITE

Si l’équipe Cofidis n’avait pas d’ambition particulière lors de ce contre-la-montre, tous se sont attelés à le réaliser avec application. Guillaume Martin, sérieux et consciencieux, en a profité pour passer une nouvelle journée avec son maillot à pois de meilleur grimpeur.

Et c’est parti pour la dernière ligne droite de cette Vuelta ! Le 3e grand Tour, dernier grand rendez-vous de la saison, s’achèvera ce dimanche à Madrid. Les coureurs ont repris la route aujourd’hui avec un contre-la-montre individuel de 33,7 km. Un exercice périlleux, d’autant qu’il a impliqué un changement de vélo pour grimper le col de 3e catégorie qui achevait le parcours.
 

Un chrono solide pour tous les coureurs Cofidis
Chez Cofidis, l’objectif majeur était de se préserver et de rester en forme avant les cinq dernières étapes. Les coureurs de la formation nordiste ont achevé le parcours en moins de 54 minutes malgré les pentes raides de la fin du parcours. Guillaume Martin, lui, en a profité pour réaliser son premier contre-la-montre avec la tunique à pois. Il a réalisé un chrono correct (49’58’’), gardant en tête que cet exercice sera particulièrement important lors du prochain Tour de France.
 
Demain, 204,7 km seront à parcourir entre Lugo et Ourense. Un parcours accidenté qui compte 3 cols de 3e catégorie et qui devrait être propice aux baroudeurs. Et si l’échappée allait au bout ? Les coureurs Cofidis feront tout pour en faire partie et jouer leur carte pour la victoire d’étape.

 

ILS ONT DIT... 

Guillaume MARTIN : "C’était une journée sans objectif particulier si ce n’est de servir de bon entraînement. Des chronos aussi longs, on n’a pas souvent l’occasion d’en faire. On a tous vu que le prochain Tour de France comportera deux chronos d’une trentaine de kilomètres donc c’est intéressant de pouvoir en faire un avec la Grande Boucle en tête. Je l’ai fait de manière appliquée en m’engageant à 95%. Ensuite, je me suis évertué à faire une belle montée finale. Je suis plutôt content de mon effort sur un parcours qui ne m’avantageait pas forcément."
 
Christian GUIBERTEAU, directeur sportif : "Le chrono, c’est un exercice très exigeant. Mais il s’agit aussi d’une journée où on apprend, on peaufine le choix de matériel et on se met en situation. Nous savons tous qu’on pourra un jour être dans une situation où il faudra défendre un maillot distinctif ou une place au général. Les coureurs Cofidis l’ont fait avec sérieux. Les deux prochaines étapes seront propices aux baroudeurs et l’échappée pourra aller au bout. Cela pourra permettre à Victor (Lafay), Pierre-Luc (Périchon), Emmanuel (Morin), José (Herrada) et Luis Angel (Maté) de tenter leur chance."

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de partage via les boutons de réseaux sociaux.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies