keyboard_arrow_up
Publié le : 01/11/2020

LA VUELTA A ESPAÑA - 12e ÉTAPE CLASSEMENT DE MEILLEUR GRIMPEUR : G. MARTIN CONSOLIDE SON AVANCE

En passant en tête des 4 premières difficultés de la journée, Guillaume Martin a creusé l’écart au classement de la montagne. Un objectif réussi grâce à l’investissement de l’équipe, à l’image de Pierre-Luc Périchon. Le leader de Cofidis est désormais en position de force pour conserver sa tunique à pois jusqu’au terme de la Vuelta.

Au lendemain d’une étape particulièrement exigeante, il fallait y retourner ce dimanche et la tâche s’annonçait ardue. Au terme des 109 km, un géant attendait les coureurs : l’Alto de l’Angliru. Ce col emblématique de la Vuelta est emprunté régulièrement depuis 1999 et compte des portions à 23,5%.
 

Guillaume Martin a fait le plein

 
Avec un tel dénivelé, tout prédisait ce final à une belle explication entre les favoris. Et elle a eu lieu. Pour l’équipe Cofidis en revanche, l’objectif était identique à la veille : continuer de conforter le maillot à pois de meilleur grimpeur de Guillaume Martin.
 
Et Guillaume Martin a fait le plein en passant  en tête des 4 premières cols de la journée ! « Il y a eu un beau travail collectif, à l’image de Pierre-Luc Périchon qui a fait un sacré travail afin de l’accompagner dans cette mission, souligne l’un des directeurs sportifs, Jean-Luc Jonrond. Le contrat est donc rempli à 100% ! »

Pour s’en convaincre, il suffit de jeter un œil au classement de meilleur grimpeur. Le leader de Cofidis a marqué 26 pts aujourd’hui, portant son total à 76 pts. Son premier poursuivant, Sepp Kuss n’en compte que 25 pts. Or, il ne reste qu’une vraie étape de montagne, samedi prochain, à la veille de l'arrivée à Madrid. 
 

Un long transfert au programme
 

La journée n’en est pas finie pour autant. Ce dimanche soir en effet, l’équipe devra rouler environ 320 km pour rejoindre La Corogne où se déroulera la 2e journée de repos. Ensuite, place à la dernière semaine de compétition. Elle débutera mardi par l’unique contre-la-montre individuel de cette Vuelta, entre Muros et Mirador de Ezaro (33,7 km). 

 

LES MOTS DE GUILLAUME MARTIN

 

L’ÉTAPE DU JOUR 

"Le 1er objectif, c’était d’engranger des points à nouveau et que mes concurrents n’en marquent pas. Sur ce plan-là, c’est totalement réussi. Hormis la dernière montée, j’ai fait le plein. Pour la victoire d’étape, avec le peu de marge qu’on avait avec l’échappée, je ne me faisais pas trop d’illusions. Ça reste une bonne journée et une belle manière de terminer une semaine engagée mais prolifique."
 

LE BILAN DE LA SEMAINE

"Tout faire pour conserver le maillot de meilleur grimpeur, c’est une nouvelle manière de courir pour moi. Mes qualités premières, c’est davantage d’attendre au début d’étape et d’attaquer à la fin. Là, il faut que je force un peu ma nature pour réussir dans le coup dès le début des étapes. C’est parfois un peu difficile mais pour l’instant j’y arrive bien ! Je ne vais pas délaisser les classements généraux pour autant, notamment au Tour de France. Mais sporadiquement, le scénario de la Vuelta montre que je peux viser autre chose."
 

LA DERNIÈRE SEMAINE

« On fera tranquillement les comptes ce soir. Mais je suis content de ma position en tant que meilleur grimpeur. Je peux aborder la prochaine semaine avec un peu de marge et de sérénité. Ça me permettra d’aborder les étapes avec un peu moins de pression, d’être moins vigilant pour les points et de tout jouer pour remporter une victoire d'étape." 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de partage via les boutons de réseaux sociaux.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies