keyboard_arrow_up
Publié le : 19/10/2020

LA VUELTA A ESPAÑA AVEC GUILLAUME MARTIN, L'ENVIE DE BRILLER DE L'AUTRE CÔTÉ DES PYRÉNÉES

Sur des routes espagnoles où l’équipe Cofidis a pris l’habitude de briller ces dernières années, la formation nordiste revient avec ambition. Autour de Guillaume Martin, meilleur coureur français du dernier Tour de France, l'équipe fera tout pour remporter des victoires d'étapes.

Cette saison décidément pas comme les autres a donc placé la Vuelta au cœur de l’automne, dans le nord du pays. À Irun ce mardi, les coureurs s’élanceront pour 18 étapes et un total de 2 882,8 km à travers l’Espagne. Ce grand Tour est un événement à part pour Cofidis qui soutient la Vuelta depuis de nombreuses années, forte d'une implantation conséquente dans le pays.
 
Concernant l’aspect sportif, les coureurs de l’équipe ont l’habitude d’y réaliser de belles performances. L’an dernier, tous ont encore en mémoire la victoire de Jésus Herrada qui s’était imposé en solitaire à Ares del Maestrat. Nicolas Edet, lui, s’était emparé du maillot rouge de leader un après-midi pluvieux sur les routes catalanes.
 

Guillaume Martin, le goût de la découverte

 
Une saison plus tard, la formation nordiste se présente au Tour d’Espagne avec un nouveau leader : Guillaume Martin (27 ans). Le Normand, qui participe à sa 1ère Vuelta, a changé de statut cette saison en terminant 3e place au Criterium du Dauphiné puis 1er Français de la Grande Boucle. Il pourra compter sur une équipe déterminée mêlant jeunesse et expérience.
 
Son fidèle capitaine de route, Pierre-Luc Périchon (33 ans) l’épaulera, tout comme deux jeunes Français : Victor Lafay (24 ans) et Emmanuel Morin (25 ans) qui disputeront leur premier grand Tour. À leur côté, un autre jeune très prometteur, Fernando Barcelo (24 ans), qui s’était révélé l’an dernier en terminant 3e d’une étape de la Vuelta, à Bilbao.

Deux coureurs d’expérience apporteront leur connaissance du terrain et de la course : José Herrada (35 ans) et Luis Angel Maté (36 ans) qui dispute sa 9e Vuelta. L'effectif a été complété par le champion d'Érythrée, Natnael Berhane (29 ans), à l'aise pour tenter des coups au sein de longues échappées. 
 

Avec le Tourmalet en ligne de mire
 

La première semaine s’annonce particulièrement exigeante. La route va s'élever dès la 1ère étape avec notamment le col d’Arrate (1ère catégorie) où sera adjugé l’arrivée. Deux autres ascensions de 1ère catégorie seront au programme des deux étapes suivantes.

Ensuite, une étape dévolue aux sprinteurs et une autre plus accidentés précéderont le 1er juge de paix de cette Vuelta : l’étape de dimanche avec le col de Portalet, l’Aubisque et le Tourmalet ! Un programme décidément très copieux où les coureurs Cofidis auront à cœur de faire briller leurs couleurs.

 

DANS LA ROUE DE GUILLAUME MARTIN

“Il s’agit d’une course que j’aborde sans pression, en prenant étape par étape. L’idée première, c’est plutôt de viser une victoire d’étape et on verra ensuite comment la course se déroule. Dans les quinze premiers jours, il y a beaucoup d’étapes de montagne qui s’achèvent au sommet donc qui peuvent me convenir. Et je sais que nous serons dans le bain dès la 1ère étape !

J’ai pris conscience, désormais, que je devais courir en leader et que je serais surveiller. Mais je pense que j’ai néanmoins les moyens de jouer la victoire. Dès le début, on peut avoir des surprises, des défaillances et des écarts importants. Il faudra être tout de suite dans le coup !"

 

ILS ONT DIT... 

Christian GUIBERTEAU, directeur sportif : "Notre objectif n°1, c’est de décrocher une victoire d’étape. Nous avons eu la chance d’y parvenir lors des deux dernières éditions de la Vuelta donc on signerait bien à nouveau pour le même résultat ! Nous avons construit l’équipe autour de Guillaume (Martin). Certes, avec son nouveau statut, il aura peut-être moins de marge de manœuvre individuelle mais nous connaissons ses qualités et sa volonté de briller.

Les autres coureurs, eux, auront également carte blanche pour participer aux échappées. Il s’agit d’un grand tour beaucoup plus ouvert que le Tour de France. Fernando, Jésus, Luis, Victor et Emmanuel et Natnael auront donc beaucoup plus d’opportunités pour tenter leur chance pendant ces 18 étapes."