keyboard_arrow_up
Publié le : 10/10/2020

GIRO D'ITALIA - ÉTAPE 8 "C'EST UN SCÉNARIO QUI VA ASSURÉMENT SE REPRODUIRE"

Une échappée est allée au bout ce samedi sur les routes du Giro et cela devrait être à nouveau le cas dans les prochains jours d'après Cédric Vasseur. De quoi offrir aux coureurs Cofidis des opportunités de briller dans les prochains jours.

Rien n’est facile dans un grand Tour et encore moins la répétition des efforts. Le Giro a continué sa route pour la 8e journée consécutive et cette fois-ci, l’itinéraire a longé la côte Adriatique, traversé le parc Gargano et a bifurqué par le Monte Sant’Angelo, une cote de 3e catégorie avant une arrivée adjugé à Vieste.
 

"Il faudra tenter notre chance"

 
« Vu la suprématie d’Arnaud Demare dans les sprints sur ce Giro on se doutait bien que les autres équipes n’allaient pas rouler derrière l’échappé du jour et que cette dernière avait des chances d’aller au bout, explique Cédric Vasseur, arrivé hier sur les routes du Giro. C’est un scénario qui va assurément se produire dans les prochains jours et il faudra tenter notre chance pour être dans ces échappées. »

 

À l'assaut de Roccaraso


Demain, il faudra redoubler d’effort sur la route du Giro au court d’une des étapes les plus difficiles de l’épreuve. 208 km seront à parcourir avec quatre difficultés majeures : le Passo Lanciano (1ère cat. à 6,9%), le Passo San Leonardo (2e cat à 4,3%), le Bosco di Sant’Antonio (2e cat à 4,5 %).

Et pour terminer, les coureurs auront encore 9,6 km d’ascension (à 5,7%) pour atteindre l’arrivée à Roccaraso. Ensuite, ils pourront enfin souffler et profiter de la première journée de repose de ce Tour d'Italie. 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de partage via les boutons de réseaux sociaux.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies