keyboard_arrow_up
Publié le : 14/03/2020

Un beau maillot et de belles promesses !

Nouvelle démonstration collective pour Cofidis ! Nicolas Edet a conforté son maillot à pois en intégrant l’échappée du jour avec Anthony Pérez, comme la veille. Guillaume Martin, qui a attaqué lors de la dernière difficulté, se hisse à une belle 12e place au général.

Nouvelle démonstration collective pour Cofidis ! Nicolas Edet a conforté son maillot à pois en intégrant l’échappée du jour avec Anthony Pérez, comme la veille. Guillaume Martin, qui a attaqué lors de la dernière difficulté, se hisse à une belle 12e place au général. 

 

Ce samedi matin, l’heure n’était ni au calcul, ni à la retenue. La dernière étape de Paris-Nice étant une des dernières manifestations sportives disputées dans l’Hexagone ce week-end et il fallait être à la hauteur. Faire preuve d’envie, de détermination, d’engagement. L’équipe Cofidis s’y était employé la veille. Elle a récidivé ce samedi.

 

« Antho » et « Nico », bis repetita

Dès le 1er kilomètre, Anthony Pérez attaque. Une vingtaine de kilomètres plus loin, l’échappée du jour se forme, toujours avec « Antho » mais aussi Nicolas Edet. Le Sarthois en a profité pour consolider son avance au classement de meilleur grimpeur en passant en tête au sommet du col de Vence.

Avant de connaître les joies du podium final, Nicolas Edet a servi de rampe de lancement à Guillaume Martin dans l’ultime difficulté. Ce dernier en a profité pour porter une attaque et a longuement mené seul l’offensive contre Thomas De Gendt, qui était alors leader de la course. Guillaume Martin termine 7e de l’étape et 2e Français, ce qui lui permet de se hisser au 12e rang au général. 
 

 « Une équipe est née »
Cette édition de Paris-Nice a une nouvelle fois démontré la force collective de toute la formation Cofidis. « Une équipe est née », salue Alain Deloeuil, directeur sportif, en évoquant également la bonne ambiance présente durant toute la semaine. Elle s'est montrée très à l'aise aux sprints, à l’image des efforts de Cyril Lemoine et Piet Allegaert qui se sont appliqués à préparer le terrain à Elia Viviani sur les étapes de plats. Elle a été conquérante et intelligente dans les étapes de montagne avec Nicolas Edet et Guilaume Martin. L’équipe peut aborder les prochaines échéances, même si elles restent incertaines, avec une grande sérénité.

Nicolas EDET : « On a fait une très belle course collective lors de ces deux journées en montagne. Nous avons tout donné et on peut en être fiers. Mais dans ce contexte un peu particulier, la satisfaction est forcément un peu écornée. On va voir l’évolution de la situation. Nous, on ne fait que du sport et on sait que 

ce n’est pas le plus important dans cette période. On va espérer pouvoir reprendre vite pour continuer à faire notre passion dans les prochaines semaines ou prochains mois. L’essentiel, c’est que chacun prenne soin de soi et de ses proches. »
 
Guillaume MARTIN : « Cela fait deux jours que l’on voit Cofidis animer la course. Une nouvelle fois, on a assisté à un numéro de Nico (Edet) et d’Antho (Pérez). J’ai essayé d’attaquer pour anticiper l'explication finale. Je suis peut-être parti un peu tôt mais je n’ai pas la prétention de dire que je pouvais suivre Nairo Quintana. Je suis vraiment satisfait d’être dans le rythme des meilleurs grimpeurs. Avec Cofidis, on a montré qu’on répondait présent. Le bilan n’en est que plus positif ! Là, on va surtout s’attacher à bien récupérer, en espérant qu’on aura bientôt un peu plus de visibilité sur l’avenir. »  
 
Alain DELOEUIL, directeur sportif : « Nous avions à cœur de conforter le maillot à pois de Nico (Edet). Anthony (Pérez) a eu un rôle précieux afin de cadenasser les concurrents de Nico. Guillaume a ensuite tenté sa chance et il n’a pas de regret à avoir. On peut être satisfait de notre Paris-Nice. Les coureurs ont fait un travail super pour bien entourer Elia (Viviani) lors des premières étapes et ils ont montré les couleurs de l’équipe lors des étapes de montagne. Un groupe s’est constitué avec une bonne ambiance et un très beau sens du collectif. On assiste à une montée en puissance et c'est de bon augure pour la suite." 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de partage via les boutons de réseaux sociaux.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies