keyboard_arrow_up
Publié le : 11/03/2020

Cofidis d'attaque pour le 2ème acte

Le contre-la-montre du jour a marqué la fin de la première partie de ce Paris-Nice. Cofidis s’apprête à attaquer la suite avec beaucoup d’ambitions entre le sprint attendu demain et les trois étapes de montagne jusqu’à l’arrivée à Nice dimanche prochain.

Les jours passent et ne changent pas sur ce Paris-Nice. Le ciel était à nouveau couvert et menaçant pour le contre-la-montre de 15,1 kms disputé à Saint-Amand-Montrond aujourd’hui. Même si les coureurs Cofidis ont tous réalisé un chrono honorable, il s'agissait surtout de gérer leur effort afin d'emmagasiner un maximum d'énergie pour les prochaines échéances après trois étapes particulièrement harassantes. Désormais, place au 2e acte de ce Paris-Nice.
 
Un sprint avant que la route ne s’élève

 
Dès demain, la descente vers le sud se poursuit avec 227 km jusqu’à La Côte-Saint-André. Il s’agira de la dernière opportunité pour les purs sprinteurs de s’illustrer. La belle impression collective laissée par l’équipe, mardi, afin de guider Elia Viviani, devra être de mise pour permettre au champion d’Europe de disputer le sprint dans les meilleures conditions. 

Ensuite, la route va s’élever, offrant aux grimpeurs des occasions de briller à leur tour. Guillaume Martin et Nicolas Edet, qui ont déjà démontré cette saison leur agilité sur les routes escarpées, pourront en profiter pour exprimer tout leur potentiel. Chez Cofidis, l’heure est à la mobilisation générale avant de rallier Nice avec une ambition : s’offrir une victoire d’étape.

 

LES RÉACTIONS

Guillaume Martin : « Je n’ai pas été épargné depuis le début de ce Paris-Nice. Aujourd’hui ça allait et j’avais de bonnes sensations même si ce n’est pas mon exercice de prédilection. C’est très intéressant pour les prochaines échéances. On a hâte d’attaquer la deuxième partie de ce Paris-Nice ! »
 
Alain Deloeuil, directeur sportif : « Le but du jeu, c’était de faire un chrono honorable et de se jauger avec les nouveaux vélos de chrono. Nos coureurs se sont bien testés et ils ont tous fait un chrono honorable. Guillaume Martin et Nicolas Edet se situent dans les mêmes temps que les grimpeurs, ce qui est très intéressant. Désormais, on va se tourner vers les prochaines étapes ! »

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de partage via les boutons de réseaux sociaux.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies