keyboard_arrow_up
Publié le : 25/10/2019

Entretien avec notre mécanicien Julian Levasseur

Mécanicien chez Cofidis depuis janvier, Julian Levasseur passe ses journées soit dans un camion entouré d’outils et de vélos soit dans une voiture de DS sur une course. Focus sur ce métier de l’ombre indispensable aux coureurs !

Quel est ton parcours ?

J’ai commencé par un BEP de vente ce qui m’a conduit naturellement à travailler dans un magasin de cycles où j’ai commencé à faire de la vente et de la mécanique. Ensuite je quitte le magasin pour un poste de mécanicien pour une équipe de division nationale et fais quelques vacations avec des équipes professionnelles. En 2015, je rentre dans une équipe professionnelle et me voici chez Cofidis depuis janvier 2019.  

 

Combien de mécaniciens chez Cofidis ?

Nous sommes sept mécaniciens à temps plein et ensuite on fait appel à des vacataires. Sur des courses comme les boucles de la Mayenne ou celles d’un jour, on est deux. Sur des courses à étapes qui comptent deux voitures de directeurs sportifs, nous sommes 3 mécaniciens. Sur les grands Tours, on est quatre mécaniciens voire 5 les jours de contre-la-montre.

 

Quels sont les rôles de chacun ?

Il y a un mécanicien dans chaque voiture de DS en cas de pépin sur la course et un mécanicien qui fait le transfert à l’hôtel ou à l’arrivée. Ceux qui étaient sur la course s’occupent des révisions mécaniques du soir et celui qui était à l’hôtel s’occupe du lavage des vélos.

 

Quels sont les révisions que vous faites sur les vélos pour une course à étapes ?

On prend les vélos un par un et on fait un check-up de toutes les pièces pour voir si tout fonctionne correctement. On regarde les points de serrage, l’usure de la chaîne, celle des patins et des boyaux. On vérifie si chaque vitesse passe bien ou encore les roulements des roues. Comme les coureurs ont deux vélos, on examine si les côtes des deux machines sont identiques. Parfois les coureurs peuvent avoir des demandes spécifiques par rapport au profil de l’étape. Ils peuvent nous demander un changement de braquet, une hauteur de roue différente ou un changement de pression de pneus.

 

Et le lavage ?

On fait les lavages des vélos après chaque course. On met le vélo sur le pied d’atelier, on dégraisse la chaine et on la rince à l’eau pour que la graisse tombe. Ensuite on sort les roues pour pouvoir nettoyer tous les recoins.

Ensuite, on fait pièce par pièce. On utilise la balayette pour le pédalier et le dérailleur, une éponge pour le cadre et le gentes. Pour terminer, on fait la cassette à la brosse avant de le rincer.

Pauline Ballet
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de partage via les boutons de réseaux sociaux.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies