keyboard_arrow_up
Publié le : 29/07/2019

Un Tour de France haut en couleur pour Cofidis !

Après trois semaines d’efforts, de sueurs et de dépassement de soi, le peloton a retrouvé les Champs-Élysées et peut enfin souffler. Cette 106e édition du Tour de France, 3 480 km de Bruxelles aux sommets des Pyrénées et des Alpes, aura été épique et bouleversante, offrant l’un des plus beaux feuilletons sportifs de l'année.

L'échappée dans la peau ! 
 
L’équipe Cofidis, fière d’avoir fait partie des formations invités par A.S.O à participer à l’évènement le plus prestigieux de la planète cyclisme, a joué sa partition avec enthousiasme et une volonté constante de s’illustrer. Cofidis aura ainsi participé à l’échappé lors de 15 des 21 étapes de cette édition à grand spectacle. 

Une abnégation saluée par deux podiums : Stéphane Rossetto et Natnael Berhane qui ont remporté le Prix de la combativité Antargaz à l’issue des étapes s’achevant à Bruxelles et à Albi. Ils sont les deux coureurs à avoir passé le plus de temps en tête de course, respectivement 809 km pour le Français et 582 km pour l’Érythréen.

Ils ont tout donné ! 
 
Pierre-Luc Périchon, très actif lors de la dernière semaine notamment, et Anthony Pérez, se sont offerts eux aussi des raids en solitaire. Jesus Herrada, lui, termine au 20e rang au classement général et signe ainsi sa plus belle performance au Tour de France et sur les grands Tours. À quatre reprises, un coureur Cofidis a terminé dans le « top 10 » de l’étape : Laporte (10e de la 4e étape), Simon (6e de la 5e étape), Périchon (8e de la 17e étape) – tous meilleurs français ces jours-là – et Herrada (10e de la 17e étape).

Toute l’équipe a tenu à se battre jusqu’au bout, notamment en soutien à deux de leurs coéquipiers et amis, Nicolas Edet et Christophe Laporte, qui ont malheureusement dû quitter le Tour de France prématurément. Pour eux, ils ont tout donné, faisant preuve d’une solidité, d’une cohésion et d’un enthousiasme au quotidien. De quoi quitter le Tour de France avec le sourire et des souvenirs plein la tête !

LES REACTIONS :

JESUS HERRADA : « Je suis très content parce qu’on a réussi à être protagonistes de la plupart des étapes. On avait vraiment l’objectif de remporter une étape et on est passé proche de l'exploit. Je suis très content de terminer ce Tour qui a été si difficile en intégrant le « top 20e du général. Désormais, je vais tout faire pour bien récupérer et retrouver un bon rythme afin d’aborder la Vuelta. L’objectif sera similaire : on y va pour remporter une ou plusieurs étapes. »

PIERRE-LUC PÉRICHON : « Le bilan de ce Tour de France est très positif. Il restera, bien sûr, une pointe de déception après l’étape à Gap où j’aurais vraiment voulu concrétiser tous nos efforts. Arriver ici, après toutes les péripéties que j’ai vécues, que l’équipe a vécues, c’est forcément un sentiment particulier. J’ai essayé de m’accrocher, de tout donner, notamment dans les Alpes. On sait que ce Tour de France est une édition unique et je suis très heureux d’y avoir participé. »

NATNAEL BERHANE : « C’est un grand honneur de pouvoir terminer le Tour de France, la plus belle des compétitions de cyclisme. J’ai forcément une grande pensée pour Christophe (Laporte) et Nico (Edet) qui n’ont pas pu aller jusqu’au bout avec nous. Cette année, j’ai pris encore plus de plaisir que lors de ma première participation, en 2016. J’ai eu la chance de monter sur le podium du Tour. C’est forcément une source de motivation incroyable pour la suite ! »  

ANTHONY PÉREZ : « J’ai fait trois échappées et un bon contre-la-montre. On a essayé d’honorer notre invitation sur le Tour de France mais aussi le fait que Christophe (Laporte) et Nico (Edet) n’ont pas pu terminer. Nous avons pensé à eux pendant tout le Tour. On a réalisé un bon Tour en étant offensif. Bien entendu, on sait qu’il y a peu d’élus mais nous avons tenté, à l’image de l’étape de Gap. Il ne nous a pas manqué grand-chose et on reviendra l’année prochaine pour être encore plus forts ! »  

STÉPHANE ROSSETTO : « Je suis vraiment très heureux de ce Tour de France. Je suis très content de voir que le public a appris à me connaître. Même dans les ascensions alpestres, le soutien était vraiment saisissant. Tous les jours, tu te dis : « ça va s’arrêter ou pas ? » L’envergure que le Tour peut donner, alors qu’on côtoie les meilleurs coureurs au monde, c’est énorme ! L’ensemble de cette Grande Boucle restera à jamais gravé dans ma mémoire ! »

JULIEN SIMON : "J’ai pris plus de plaisir que l’an dernier. J’ai forcément un très bon souvenir de l’arrivée à Colmar où je termine 6e et j’avais de bonnes sensations. La suite du Tour a été plus compliquée parce que je suis tombé malade et j’ai eu du mal à être acteur dans la dernière semaine. Mais j’ai vraiment apprécié le temps avec l’équipe : il y avait une très bonne ambiance, une belle cohésion. C’était vraiment une sacrée aventure !"

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de partage via les boutons de réseaux sociaux.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies