keyboard_arrow_up
Publié le : 25/07/2019

Une étape dantesque et une leçon de courage !

Avec l’ascension de trois géants (le col de Vars, l’Izoard et le Galibier) et les fortes chaleurs, les coureurs ont souffert ce jeudi. Chez Cofidis, au lendemain d’une étape où quatre coureurs ont tenté d’intégrer l’échappée, Pierre-Luc Périchon, Stéphane Rossetto et Jesus Herrada se sont un temps portés à l’avant.

Il s’agit d’une nouvelle histoire de courage et les milliers de supporters présents au bord des routes, ce jeudi entre Embrun et Valloire, ont pu le percevoir. À quatre jours de l’arrivée sur les Champs-Élysées, les coureurs ont dû résister à tout : aux chaleurs caniculaires rendant l’air irrespirable et à l’ascension de trois cols aussi mythiques que majestueux (celui de Vars, l’Izoard et le Galibier). 

Périchon et Rossetto dans l'échappée ! 
 

Pour les coureurs Cofidis, le défi était de taille au lendemain d’une étape où ils n’ont pas ménagé leur effort puisque quatre d’entre eux – Pierre-Luc Périchon, Jésus Herrada, Anthony Pérez et Natnael Berhane - composaient l’échappée menant jusqu'à Gap. Pourtant, ce midi, cela n'a pas empêché Pierre-Luc Périchon d'attaquer à plusieurs reprises en début de l'étape, puis d'intégrer l'échappée où figurait également Stéphane Rossetto.

Jesus Herrada
, lui, s'est accroché dans le sillage du groupe maillot jaune jusqu'à la montée du col de l'Izoard. Lors de l'ultime ascension, Stéphane Rossetto, lui, a été repris par ce même groupe. Face à l'accélération du tempo par les favoris, les coureurs Cofidis ont ensuite temporisé, en étant particulièrement attachés à se préserver. Ils restent en effet deux journées très exigeantes dans les Alpes, demain et après-demain.

LES RÉACTIONS

Stéphane ROSSETTO : « La journée avait mal démarré parce que j’ai cassé mon dérailleur pendant le départ fictif. Après, j’ai eu un peu de réussite pour intégrer l’échappée. J’aurais dû essayer de suivre Van Avermaet et Bernard quand ils sont partis avant l’ascension de l’Izoard. Après, même si j’ai été repris, j’ai passé une très bonne journée. Demain, ce sera dur mais ce sera plus court. On va déjà penser à bien récupérer. »
 
Pierre-Luc PÉRICHON : « Je voulais prendre l’échappée pour finir tranquille. J’ai réussi à la prendre mais j’ai eu du mal à finir tranquille ! C’était vraiment compliqué, on a essayé de s’accrocher comme on pouvait. J’étais bien mais j’ai peut-être laissé trop d’énergie pour prendre l’échappée. Après, j’ai essayé d’aider Jesus (Herrada) avant de finir à ma main. Malgré la difficulté, on sait qu'il s'agit de moments forts qu’on savourera une fois à Paris, dimanche. »

Jean-Luc JONROND, directeur sportif : « Dès le début, Pierre-Luc (Périchon) s’est beaucoup montré à l’avant de la course. Il a réussi à intégrer l’échappée avant d’être rejoint par Stéphane (Rossetto). Ils ont tenu un bon moment à l’avant, puis avec le peloton maillot jaune. Une nouvelle fois, on a vu les couleurs Cofidis durant l’étape. L’envie de bien faire est toujours présente, c’est l’essentiel ! Il reste trois étapes et on va continuer d’essayer de tirer notre épingle du jeu ! »

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de partage via les boutons de réseaux sociaux.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies