keyboard_arrow_up
Publié le : 21/07/2019

Herrada, Périchon et Pérez à l'offensive

Au cours de cette ultime étape pyrénéenne, les coureurs Cofidis se sont encore montrés aux avants-postes. L'Espagnol et les deux Français ont en effet intégré l'échappée du jour dès la première difficulté et hissé haut les couleurs de la formation nordiste.

En fin de soirée, ce dimanche soir, les Pyrénées seront déjà loin. Les coureurs auront déjà rejoint Nîmes, ville de la deuxième journée de repos. Mais avant de profiter de la douceur gardoise, il y avait une autre arène où il fallait briller : les routes du Tour. Cette ultime étape du triptyque pyrénéen, entre Limoux et Foix (185 km), était particulièrement exigeante avec quatre ascensions de 1èrecatégorie au programme.

En mode attaque !  
 
En début d’étape, l’échappée a mis du temps à se constituer malgré plusieurs initiatives, dont certaines initiées par Pierre-Luc Périchon et Jesus Herrada. La situation s’est décantée lors de la première ascension, le col de Montségur.

L’Espagnol de Cofidis a finalement intégré l’échappée du jour avant d’être rejoint par Pierre-Luc et Anthony Pérez qui ont fait un effort conséquent pour rallier les hommes de tête. Les trois hommes se sont déjà illustré depuis le début du Tour : Jesus faisait partie de l’échappée du 14 juillet, Périchon s'était montré très offensif hier alors qu’Anthony Pérez avait composé l’échappée entre Albi et Toulouse, mercredi dernier.

Ils ont été distancés dans la dernière difficulté de la journée à cause du rythme très soutenu de la tête de course.  Désormais, il va falloir récupérer après cette fin de semaine particulièrement éprouvante avant d’entamer la dernière semaine de ce Tour de France avec la même détermination affichée depuis le début de l’épreuve.
 

LES RÉACTIONS

Jesus HERRADA : « C’était vraiment une étape très difficile. Ça n’a jamais été aussi compliqué d’intégrer une échappée depuis le début du Tour. L’équipe a très bien travaillé en parvenant à intégrer trois coureurs dans l’échappée. Mais on savait que le niveau allait être très élevé, notamment à cause de la course pour le général. Maintenant, on va s’attacher à bien récupérer. »  
 
Anthony PÉREZ : « En début d’étape, le rythme était très soutenu. On a beaucoup bagarré pour intégrer l’échappée. Je ne sais pas si j’ai déjà roulé aussi vite pendant deux heures comme aujourd’hui ! On se doutait que ça allait rouler à bloc : les organismes étaient prêts pour une belle bagarre. Mais on sait que ce qui nous correspond le mieux, ce sont les étapes plus vallonnées que montagneuses. »
 
Pierre-Luc PÉRICHON : « Nous étions content d’avoir pu être devant après un début d’étape aussi intense. C’est un vrai plaisir d’être acteur de la course dans une journée comme ça. On a une chance énorme d’être là, de participer à cette aventure. Nous sommes des privilégiés. On va se battre la semaine prochaine, il y a encore des opportunités pour nous montrer. »
 
Alain DELOEUIL, directeur sportif : « Après un début d’étape très rapide, ce n’était pas évident de glisser trois de nos coureurs dans l’échappée. Ils y sont parvenus, même s’ils y ont laissé beaucoup de forces. La semaine prochaine, on va continuer à tenter des coups, à l’image de ce qu’on fait depuis le début du Tour de France. »

LE CLASSEMENT 

L’ÉTAPE
34e - Jesus HERRADA, à 11 min 22 sec
41e – Pierre-Luc PÉRICHON, à 12 min 50 sec
72e – Stéphane ROSSETTO, à 20 min 19 sec
73e – Natnael BERHANE, ‘’
100e – Anthony PÉREZ, à 21 min 04 sec
138e - Julien SIMON à 24 min 24 sec
 
LE GÉNÉRAL
34e - Jesus HERRADA, à 37 min 03 sec
72e – Pierre-Luc PÉRICHON, à 1 h 14 min 59 sec
99e – Julien SIMON, à 1 h 39 sec 37 sec
108e – Natnael BERHANE, à 1 h 46 min
116e – Stéphane ROSSETTO, à 1 h 53 min 58 sec
120e – Anthony PÉREZ, à 1 h 58 min 58 sec

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de partage via les boutons de réseaux sociaux.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies