keyboard_arrow_up
Publié le : 08/07/2019

Rossetto à nouveau à l'avant

Déjà à l’offensive samedi, le Francilien de 32 ans a fait partie des grands animateurs de cette 3e étape qui menait le peloton de Binche (Belgique) à Épernay (France). Stéphane Rossetto a en effet intégré l’échappée du jour alors que Nicolas Edet et Jesus Herrada, eux, sont parvenus à bien terminer dans le final. De quoi hisser haut les couleurs de Cofidis et démontrer la belle dynamique qui anime toute l'équipe.

À chaque Tour de France ses nouveaux héros, ses belles histoires et son cortège d’émotions. Depuis plusieurs jours, Stéphane Rossetto en fait partie. Parce que le coureur francilien participe à son 1er Tour à 32 ans. Parce qu’il s’est remis d’une double fracture du bassin survenu lors d’une chute à l’entraînement en mars dernier. Et parce qu’il ne ménage pas ses efforts depuis le début de cette Grande Boucle.

Edet et Herrada bien placés dans le final
 
Auteur d’un numéro en solitaire lors de la 1ère étape, prompt à se sacrifier pour l’équipe lors du bon chrono (13e) pendant la 2cde, Stéphane Rossetto s’est encore illustré ce lundi. Le Francilien a intégré l’échappée du jour dès les premiers kilomètres à Binche et traversé les Ardennes avec quatre autres coureurs. L’échappée a compté plus de 5 minutes d’avance avant d’être reprise à 29 km de l’arrivée.  

Comme prévu, le final a été nerveux et éprouvant pour les organismes. Nicolas Edet et Jesus Herrada sont néanmoins parvenus à intégrer le premier peloton et à finir aux côtés des meilleurs, tout en évitant les chutes. Désormais, toute l'équipe est déjà focalisée sur la prochaine étape. Si elle s'annonce aussi longue (213,5 km), elle devrait s'achever au sprint, ce qui offre à Christophe Laporte une belle carte à jouer. 

LES RÉACTIONS

Stéphane ROSSETTO : « À 32 ans, il s’agit de mon premier Tour de France. C’est ma carrière qui veut ça. J’arrive ici avec du détachement, de l’endurance et un gros bagage physique. Je suis en forme et je continue à en profiter »

Nicolas EDET : « C’était une journée où ça roulait vite parce que le vent était favorable une grande partie de l’étape. Avec Stéphane, l’échappée a fait une belle partie de manivelle. Il fallait être concentré du début jusqu’à la fin parce que c’était dur et qu’il y avait de la tension et de la nervosité. On était bien placé avec Jesus dans le final, même si on était un peu juste pour se mêler au sprint. C’est de bon augure pour la suite, d’autant qu’on reste très en forme physiquement. »
 
Thierry MARICHAL, directeur sportif : « En début d’étape, même si nous ne l’avions pas forcément anticipé, Stéphane (Rossetto) s’est glissé dans l’échappée. Nous savions que la fin de l’étape allait être nerveuse, ce qui n’est pas notre point fort. Mais Nicolas (Edet) et Jesus (Herrada) ont réussi à être dans le premier peloton, ce qui est très positif. Maintenant, on sait que les longues étapes vont s’enchaîner et qu’il faudra bien les gérer. »   
 
Cédric VASSEUR, manager général de Cofidis : « On s’attendait à ce scénario avec un final éprouvant qui était propice aux spécialistes des Ardennaises, aux vrais puncheurs. Nous avons tenté de nous glisser dans l’échappée du jour. Stéphane (Rossetto) était une nouvelle fois de la partie. Sans surprise, le peloton est revenu et dans le final, c’était difficile de rivaliser avec Julian Alaphilippe qui a porté une attaque foudroyante. Nicolas (Edet) et Jesus (Herrada) se sont accrochés dans le peloton. Pour les autres, il fallait bien terminer en ayant déjà la tête tournée vers les prochaines étapes. »

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de partage via les boutons de réseaux sociaux.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies