keyboard_arrow_up
Publié le : 10/06/2019

Un bon comportement sur les Boucles de la Mayenne

Cette édition des Boucles de la Mayenne a encore été très disputée avec des étapes accidentées et une météo extrême vendredi. Nos coureurs ont réussi à bien terminer après avoir été piégés lors de la première étape.

Comme chaque année, les Boucles de la Mayenne ont démarré par un prologue dans les rues de Laval. Après que Cyril Lemoine ait établi un bon temps de référence pour l'équipe, c'est Julien Simon, très en forme en ce moment, qui était notre homme fort. Malheureusement, alors qu'il était lancé vers le top 5, une chute dans le dernier kilomètre dans un virage est venu anéantir ses espoirs. Il termine finalement dans les 30 premiers.

C'est donc avec un débours de temps que nos coureurs se sont lancés le lendemain dans une deuxième étape marquée par des conditions extrêmes : de la pluie et la tempête Miguel qui a fait souffler des vents très violents. Dans ces conditions, la course s'est décantée rapidement avec une échappée rejointe par 8 hommes. Malheureusement, nos coureurs ont été piégés dans un second groupe et ont donc dû essayer de boucher le trou, venant échouer à 40s du groupe de tête.

Dès lors, la victoire finale semblant très difficile à aller chercher, la stratégie a été changée les deux derniers jours avec une équipe offensive. Julien Simon samedi et Hugo Hofstetter dimanche ont su prendre la bonne échappée qui a été rejointe à chaque fois dans les 10 derniers kilomètres seulement. Samedi, Hugo est parvenu à terminer 2ème d'un sprint de puncheurs. Et hier, dans le circuit final très sinueux de Laval, c'est Emmanuel Morin qui a tenté sa chance pour s'imposer et il n'a manqué que quelques kilomètres. Julien a ensuite sprinté pour le top 10 en haut de la rue des Déportés. 

Au classement général final, Juju termine 10ème et l'équipe a confirmé qu'elle n'abandonne jamais. Nos deux leaders se sont exprimés au micro de Direct Vélo 

Julien SIMON : « En début de course, on a senti qu’il y avait de la fatigue, entre le vent et la fatigue d’hier (vendredi). Quand ça s’est ouvert, j’ai suivi Fabien Schmidt. Je le connais bien et j’ai simplement suivi. On s’est retrouvé à sept devant. On s’est bien entendu. Je me suis dit qu’avec ce vent, ça allait s’user derrière, et c’est ce qu’il s’est passé.

Je n’ai pas de regrets. Avec Kévin Le Cunff et le Suisse (Matthias Reutimann, NDLR), on a tout donné jusqu’au bout. Pierre Gouault ne passait plus de relais dans le final car son équipe jouait la carte de Thibault Ferasse, c’est dommage mais c’est comme ça. De mon côté, je n’ai pas calculé mes efforts car c’était faisable. Cette arrivée en faux-plat montant était pour moi, mais je voulais faire des efforts. J’avais perdu du temps avec le prologue alors je pensais plus à l’étape qu’au général. Hugo (Hofstetter) n’est pas passé loin. On a été protagonistes, c’est bien. »


Lire la suite : https://www.directvelo.com/actualite/74745/boucles-de-la-mayenne-et-2-les-reactions

Hugo HOFSTETTER « Je ne voulais pas attendre le sprint car le circuit final était difficile. Nous avions par ailleurs la carte de Julien (Simon) et être échappé permettait de durcir la course. J'étais bien placé quand c'est sorti. Malheureusement, nous n'étions que quatre coureurs à l'avant. Hélas, il n'y avait que le mec d'AG2R La Mondiale (Gediminas Bagdonas) et moi qui roulions. Les deux autres (Daniel Lopez Parada et Tim Naberman) étaient "arrêtés". Nous avons eu 4'10'' d'avance à un moment et avec quatre rouleurs, nous aurons pu je pense faire quelque chose. Je suis en forme. J'ai passé une bonne journée à l'avant. C'est toujours bénéfique de faire ces efforts-là »

Lire la suite : https://www.directvelo.com/actualite/74778/boucles-de-la-mayenne-et-3-les-reactions

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de partage via les boutons de réseaux sociaux.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies